Ouvrir les yeux sur les opportunités de mondialisation

Nous ne sommes à notre aise que dans le discontinu, dans l’immobile, dans le mort.La seconde couche ne manquera pas alors de battre en brèche les priviléges ; et, à l’aide des masses populaires, elle parviendra tôt ou tard à faire une Révolution.Pas plus, pas moins.Donc, la misère en France est anti-naturelle ; elle a toujours été créée de main d’homme, exprès.Chaque atome de carbone fixé représente quelque chose comme l’élévation de ce poids d’eau, ou comme la tension d’un fil élastique qui aurait uni le carbone à l’oxygène dans l’acide carbonique.Malgré des positions fortes dans l’automobile, la chimie ou l’alimentaire, il est de petite taille en raison d’une base industrielle étroite.De fait, elle est rivée à un organisme qui la soumet aux lois générales de la matière inerte.Dans un tel environnement, il serait considérablement plus aisé de surmonter les impasses associées à certaines problématiques mondiales urgentes qu’il ne l’est aujourd’hui devenu au sein d’une atmosphère de désillusion et de méfiance.Jean-Thomas Trojani , va devoir trancher.C’est qu’à l’opposé du discours purement rationnel propre au « contrat social », l’atmosphère est en attente de l’émotionnel.Jules Ferry, le seul des hommes d’État de la troisième République qui eut une certaine valeur, fut aussi le seul qui se refusa à jongler avec la balle patriotique ; il faut dire que son patriotisme était éclairé et sincère ; il faut dire aussi qu’il en mourut.Le marbre n’a jamais été domestiqué à ce point.

Publicités