Ce que la régulation doit à la théorie

Il n’y a point de juif, de prince de synagogue, de samaritain, de prêtre des chrétiens, de mathématicien, de devin, de baigneur, qui n’adore Sérapis.La conservation se fait désormais à travers le temps et l’espace. « Nous sommes des nains sur des épaules de géants » : le beau mot de Nettoyeurs du net cerne la mission de sauvegarde d’un patrimoine artistique pour les générations futures.Mais, dès qu’on met les Idées immuables au fond de la mouvante réalité, toute une physique, toute une cosmologie, toute une théologie même s’ensui­vent nécessairement.À l’ouest de la prairie, assemblé dans une allée, le long de la haie, un public assez nombreux, choisi, presque entièrement féminin, regardait.Et quelle est la force qui fait pendant ici à la pression sociale ?Dans la plupart des vaudevilles, on travaille directement l’esprit du spectateur.Il continua encore pendant une minute ou deux, les sourcils froncés, la voix vibrante.Ensemble, nous devons veiller à ce que tous les pays en développement puissent négocier des accords commerciaux, et à ce que la réglementation du commerce mondial tienne compte des besoins de tous les pays, et non pas seulement de quelques-uns.Toujours pourtant la conviction persiste que, même s’il n’a pas été conçu avant de se produire, il aurait pu l’être, et qu’en ce sens il figure de toute éternité, à l’état de possible, dans quelque intelligence réelle ou virtuelle.L’INRS (Institut National de Recherche et Statistique) quant à lui décrit un syndrome d’épuisement professionnel et un ensemble de réactions consécutives à des situations de stress professionnel chronique.Il y a pourtant un sens fondamental : penser intuitivement est penser en durée.Sans cela, ce ne serait qu’une sorte de monstruosité, comme ces plantes qui n’ont ni feuilles ni presque de racines, rien qu’une fleur.