Choisir de ne plus choisir

La Banque du Japon détient déjà des titres publics à hauteur de 40% du PIB du pays, et elle s’est engagée à en acheter chaque année à hauteur de 16% du PIB dans le cadre du programme de relance économique du Premier ministre Shinzo Abe.On devinait des hommes doux, dociles, portés à la mélancolie.Jouir de la satisfaction du devoir accompli, c’est oublier la peine qu’on a prise pour l’accomplir.Faites maintenant que Tartarin soit rivé à la propre chaîne de Bonivard et que les deux histoires paraissent un instant coïncider, vous aurez une scène très amusante, une des plus amusantes que la fantaisie de Daudet ait tracées.Pour cela l’échelon national est simplement dépassé ! Soyons clairs, la concurrence n’est plus entre nous, les Européens, mais entre l’Europe et les autres acteurs existants ou en devenir.Elles peuvent légitimement demander la restitution les prélèvements sociaux ayant été acquittés à tort.Ce n’est donc en cédant ni aux SIRÈNES de la délocalisation, ni au repli court-termiste sur l’entrée de gamme, que nous parviendrons à résister à la pression concurrentielle exercée par les pays émergents et à préserver le leadership industriel français.Nous reproduirons donc l’essentiel de la réponse que nous publiâmes dans la même revue[2] :« On peut définir le comique par un ou plusieurs caractères généraux, extérieurement visibles, qu’on aura RENCONTRÉS dans des effets comiques çà et là recueillis.Le processus pour choisir le nom d’un nouvel espace qui vise à « réunir dans un même lieu » (écoles, places ou bâtiments d’une ville ; intercommunalités ou futures régions) doit être réfléchi et travaillé.La vraie crainte est que l’on commence à toucher le système et que ça ne s’arrête jamais , résume agence e-reputation.L’idée est de permettre à un pays temporairement en difficulté de recevoir automatiquement des transferts du budget fédéral, étant entendu qu’il deviendra contributeur net lorsque les choses iront mieux pour lui.

Publicités