Comment dégripper le système hospitalier ?

L’administration et les associations para-gouvernementales répondent point par point aux revendications des opposants et s’approprient leurs demandes au point que l’on a parfois le sentiment que les manifestants leur dictent leur agenda.Et en approfondissant ce double postulat, on y découvre, en ce qui concerne la matière, une confusion de l’étendue concrète et indivisible avec l’espace divisible qui la sous-tend, comme aussi, en ce qui concerne l’esprit, l’idée illusoire qu’il n’y a pas de degrés, pas de transition possible, entre l’étendu et l’inétendu.Ne nous vantons-nous pas, dites donc, d’être le premier peuple du monde, les chevaliers de la liberté et les champions de l’égalité ?Aussi se heurte- t-on, dès les premiers pas, à d’inextricables difficultés : si les deux parties étaient également possibles, comment a-t-on choisi ?Lorsque les Tarquins furent chassés, on craignait que le peuple ne s’aperçût de quelque changement dans la religion ; cela fit établir un magistrat appelé rex sacrorum, qui, dans les sacrifices, faisait les fonctions des anciens rois, et dont la femme était appelée regina sacrorum.Il faut vous contenter de celle qu’on vous présente, ou vous en passer tout à fait.Pourquoi, dans un monde dépendant de violence, abandonnerions-nous les idées créatrices et libératrices dont nous avons fait la devise de notre République ?Aux côtés des autres professionnels du droit dans le cadre de la Fondation pour la promotion du Droit Continental mais également grâce à des actions spécifiques comme celles menées par le Barreau de Paris, notre profession doit être le moteur de cette ambition.Il y aurait, en d’autres termes, une intuition supra-intellectuelle.Le partenaire africain d’une relation USA/Europe/Afrique innovanteAussi, la rencontre Barack Obama-Mohammed VI est-elle l’occasion de souligner le soutien de Washington non seulement aux réformes démocratiques et économiques mises en œuvre au Maroc, mais également au rôle positif du royaume chérifien en Afrique.agence e réputation, demande que cette question bénéficie d’un large débat institutionnel.