Downing Street, à qui perd gagne

Tant qu’il ne s’agit que de juger et de rejeter loin de lui diverses doctrines erronées sur la création, il déploie une netteté, une précision de style, une pénétration, une fermeté de jugement qui n’ont pas lieu de nous surprendre.Bien qu’il s’agisse là d’un pas dans la bonne direction, les relations entre les prestataires et les consommateurs pourraient encore être optimisées.Le problème, hélas, n’est pas nouveau : lorsque l’ancienne LPM prévoyait une augmentation du budget à partir de 2011 c’était bien faire à demi l’aveu d’une impasse budgétaire.C’est simplement pour s’en servir, chaque concept (comme d’ailleurs chaque sensation) étant une question pratique que notre activité pose à la réalité et à laquelle la réalité répondra, comme il convient en affaires, par un oui ou par un non.C’est donc à la constitution de cet Eurogroupe qu’il faut travailler.Si cette révolution devait avoir lieu, les « liseuses » envahiraient notre espace public à la vitesse des iPod.Le paradoxe de la digitalisation dans le secteur de la grande distribution est évident : le digital menace directement l’enseigne physique, cœur du métier, et oblige donc à repenser entièrement le modèle.C’est un chaudron qui bouillonne de violence, comme un volcan prêt à l’éruption.Christian Navlet aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci  » La simplicité est la sophistication suprême « .Mais, qu’on opte pour les grands moyens ou pour les petits, une décision s’impose.On n’aura pas de peine à nous montrer qu’un arbre ne vieillit pas, puisque ses rameaux terminaux sont toujours aussi jeunes, toujours aussi capables d’engendrer, par bouture, des arbres nouveaux.En effet, ça ne contribue en rien au bien-être collectif ni à celui du consommateur.L’Infusoire s’épuise au bout d’un certain nombre de divisions, et si l’on peut, en modifiant le milieu[2], retarder le moment où un rajeunissement par conjugaison devient nécessaire, on ne saurait le reculer indéfiniment.