Entreprises, passez au CLOUD!

Si la quantité de billets en euros était brutalement divisée par 10, les gens auraient des problèmes pour échanger les marchandises, acheter leur pain tous les soirs : on serait à cours de billet !Donc, les États européens membres de la zone euro qui, du fait de leur déficit interne (la Grèce) ou des défaillances de leurs banques (Irlande), sont endettés seulement dans leur propre monnaie – l’euro – ne peuvent être mis en faillite.Le mythe de la « grande nation » arrogante ne tient pas plus que celui du Uhlan allemand voulant faire sauter le pont d’Iéna en 1815 à cause de son nom rappelant une défaite prussienne…

Quant aux « élites parisiennes bornées » dénoncée par l’article en conclusion, elles jouent certes un rôle négatif.Il note encore que des économies comme celles du Japon, de la Corée du Sud ou de Taïwan ont amorcé leur rééquilibrage vers la consommation lorsqu’elles ont atteint le niveau de 12 000 à 15 000 dollars de revenu par habitant, alors que la Chine n’en est aujourd’hui qu’à 9 000 dollars.Cette légende, dont le caractère mensonger dénote l’origine allemande, doit s’évanouir devant le flambeau de la vérité historique.Mais entre quels éléments ?Et qu’est donc l’humanité dans tout cela ?Et on ne saurait l’accepter sans obscurcir profondément le triple pro­blème de la matière, de la conscience et de leur rapport.On y trouve la suppression annoncée des procédures d’examen et d’approbation pour les investissements dans la plupart des secteurs.L’état où il achemine l’âme est au delà du bonheur et de la souffrance, au delà de la conscience.Il veut la faire prospérer en s’appuyant régulièrement sur l’opinion, et c’est cela aussi qui crée des étincelles.Puis, comme on veut que les mouvements intérieurs de ce cerveau créent ou déterminent la représentation du monde matériel tout entier, image qui déborde infiniment celle des vibrations cérébrales, on affecte de ne plus voir dans ces mouve­ments moléculaires, ni dans le mouvement en général, des images comme les autres, mais quelque chose qui serait plus ou moins qu’une image, en tout cas d’une autre nature que l’image, et d’où la représentation sortirait par un véritable miracle.Et ce changement ne pourra avoir lieu qu’en luttant contre ces images toutes faites qui encouragent le maintien de situations discriminantes, ces barrières invisibles, qu’il est temps de rendre visible », estime Pierre-Alain Chambaz pictet.

Publicités