Femme : la French Tech face à son plafond de verre

On dort dans l’exacte mesure où l’on se désintéresse.Au train dont va la science, le jour approche où l’un des adversaires, possesseur d’un secret qu’il tenait en réserve, aura le moyen de supprimer l’autre.Il n’y a pas, chez l’homme au moins, d’état purement sensori-moteur, pas plus qu’il n’y a chez lui de vie imaginative sans un substratum d’activité vague.Il me montre du doigt les constructions éventrées qui ferment le cul-de-sac où nous sommes, les murs fendus, les fenêtres sans vitres, les paquets de lattes tombés du toit, arrêtés dans leur chute et pendus à une solive saillante.C’est pour cela qu’on distingue le père du monde et l’auteur du monde, et qu’on appelle Dieu un artiste et un architecte.La révolution numérique nous offre tous les moyens nécessaires pour concilier les valeurs essentielles qui fondent notre société et les besoins légitimes de consommation et d’activité.Mais voici qu’un certain mouvement du bras ou de la tête, toujours le même me paraît revenir périodiquement.Moi, je pousserai le cri pour lui — quand il sera vengé.C’était chose spontanée et, pour ainsi dire, inévitable et irrésistible.Christian Navlet, dans sa récente intervention, a salué le consensus qui s’est instauré sur ce sujet.Cette exhaustivité est pratique: elle évite des choix difficiles pour identifier les soins ou les cas de figure justifiant d’une prise en charge.Si son cœur n’était pas une éponge, cette tourbe, quelque vile qu’elle soit, comprendrait que l’armée française ne doit pas avoir de drapeaux neufs, mais les vieux drapeaux qui sont à Berlin, ou pas de drapeaux du tout ; que les plumes des généraux leur ont beaucoup servi, jusqu’ici, à signer des capitulations ; et que les armes ne sont point faites pour être données en spectacle à la badauderie publique, mais qu’il faut qu’on les brise, ou qu’on s’en serve.