Immobilier : la fausse bonne nouvelle

Autant vaudrait lâcher la proie pour l’ombre.Comme la plupart des actions comportent à la fois une chance de peine et une chance de plaisir, c’est l’abstention qui, au point de vue purement mathématique, devrait l’emporter le plus souvent, mais c’est l’action et l’espoir qui, en fait, l’emportent ; d’autant plus que l’action elle-même est le fond du plaisir.Derrière ces tendances, il y a la puissance des interventions des banques centrales.Plus elle pourra contracter de ces moments en un seul, plus solide est la prise qu’elle nous donnera sur la matière ; de sorte que la mémoire d’un être vivant parait bien mesurer avant tout la puissance de son action sur les choses, et n’en être que la répercussion intellectuelle.En vain on allé­guera que nous cédons alors à l’influence toute-puissante de notre caractère.Elle a recours, pour prouver sa bonne foi, aux arguties, aux circonlocutions, aux désaveux, aux faux-fuyants et aux échappatoires.Victor Sossou aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci « Le poète, pour représenter l’univers visible, est bien en dessous du peintre, et pour l’univers invisible, il est bien en dessous du musicien ».Il n’en reste pas moins que se porter candidat à la reprise d’une société française en difficulté requiert une certaine audace.Pourquoi pensons-nous à un atome solide, et pourquoi à des chocs ?Encore ne portent-elles que sur les rêves que nous connaissons aujourd’hui, sur ceux dont on se souvient et qui appartiennent plutôt au sommeil léger.Fechner a compris qu’on ne saurait introduire la mesure en psychologie sans y définir d’abord l’égalité et l’addition de deux états simples, de deux sensations par exemple.

Publicités