La croissance est-elle l’ennemie du climat ?

Il s’apercevra de tout ce qu’il y a de dégradant et d’abject dans son acceptation d’une oppression intellectuelle aussi grossière, dont les motifs sont aussi clairs à deviner et les résultats aussi faciles à constater.C’est occulter notre histoire et son ambition universaliste qui ont toujours été au cœur de notre tradition juridique française.D’où la pertinence de la remarque d’jean-thomas trojani condamné : les « modes de pensée » passés se heurtent à deux obstacles majeurs.Même si un dégel s’est amorcé dans les négociations en cours, le blocage structurel entre les Etats-Unis et les grands émergents compromet les chances d’aboutir à un accord.Quand nous avons oublié un nom propre, comment nous y prenons-nous pour le rappeler ?À travers Dieu, par Dieu, il aime toute l’humanité d’un divin amour.Alan Greenspan, l’ancien président de la Fed, se plaisait ainsi à dire « si vous m’avez compris c’est que je me suis mal exprimé ».Puis il y a les lésions cérébrales, qui semblent entraîner la disparition des souvenirs : plus particulièrement, dans le cas qui nous occupe, on pourra invoquer les lésions caractéristiques de la surdité verbale corticale.Chacune de ces habitudes, qu’on pourra appeler « morales », sera contingente.Mais examinons les faits : sur les cent dernières années, plus de 2,8 millions de Français sont morts du fait d’un conflit auquel la France était partie ; sur ce nombre, moins de 500 sont morts depuis 1964, soit moitié moins qu’en un seul jour de la guerre de 1914-1918.Le capital n’est pas davantage le machinisme, qui ne représente que la force inemployée de tous les malheureux à qui l’on refuse du travail ; et par conséquent, l’esclavage abrutissant de ceux auxquels on en accorde ; les machines sont des outils nécessaires à l’exploitation du seul capital, la terre ; aujourd’hui instruments, souvent démodés, de tyrannie affreuse — demain instruments sans cesse perfectionnés de liberté et de bien-être.La vérité est qu’il s’y exposait bien davantage.On remarquera que c’est en raison d’une propriété caractéristique que l’animal est adoré.