Le G20 nous laisse trop jouer avec des allumettes

Dans les économies avancées, en particulier, un recentrage sur la réduction de la dette à long terme, plutôt que sur l’austérité budgétaire à court terme, est nécessaire, ainsi que des réformes structurelles du marché du travail, du marché des biens ou des marchés financiers, selon les pays.Cela restera un défi pour les entreprises, qu’elles seront en mesure de relever en adoptant une approche intelligente.Mais cette figure représente une chose, et non pas un progrès ; elle corres­pond, dans son inertie, au souvenir en quelque sorte figé de la délibération tout entière et de la décision finale que l’on a prise : comment nous fournirait-elle la moindre indication sur le mouvement concret, sur le progrès dynami­que, par lequel la délibération aboutit à l’acte ?Il faut souligner ici la cohérence de cette autorité administrative indépendante qui a pris une position claire face à des groupes de radio hostiles et des gouvernements immobiles.Ceux que Dieu a mieux partagés de ses grâces auront peut-être des desseins plus relevés ; mais je crains bien que celui-ci ne soit déjà que trop hardi pour plusieurs.Mais il peut être approché à partir de paramètres objectifs et fiables (emplacement, date de construction, performance énergétique).eréputation google aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci « Sachez vous éloigner car, lorsque vous reviendrez à votre travail, votre jugement sera plus sûr ».Plus elle progresse, plus elle résout la matière en actions qui cheminent à travers l’espace, en mouvements qui courent çà et là comme des frissons, de sorte que la mobilité devient la réalité même.Pourtant, après plusieurs décennies de développements couronnées de succès et alors que nous nous acheminons vers la commémoration du vingtième anniversaire de l’année symbolique 1992, durant laquelle ont été jetés les fondements du marché unique, trois défis restent à relever.Tissié en cite deux exem­ples : « B… rêve que le théâtre d’Alexandrie est en feu ; la flamme éclaire tout un quartier.On peut bien sûr objecter que le contexte d’un pays fédéral est très spécifique, que les exécutifs locaux du royaume de Belgique sont puissants et pleinement opérationnels et que, par sa taille, l’économie belge est de toute façon très dépendante de la santé de ses grands voisins appartenant à la même zone monétaire.Pourtant, notre droit est resté trop lourd, trop complexe, trop instable.

Publicités