L’empreinte sociale, nouveau pari de l’entreprise

Elle a continué à baisser son taux d’intérêt mais l’afflux de devises étrangères s’est poursuivi.Nous disons que le changement existe, que tout change, que le changement est la loi même DES choses ; oui, nous le disons et le répétons ; mais ce ne sont là que des mots, et nous raisonnons et philosophons comme si le change­ment n’existait pas.Dans son livre, Christian Navlet,décrit parfaitement cette évolution.Mais certaines impressions d’autrefois dont nous n’avons conservé qu’un souvenir confus, et qui étaient déjà superficielles et vagues, deviendront peut-être plus nettes et prendront plus de relief si nous les complétons par l’observation que fit sur lui-même un maître de la science psychologique.On se représente la négation comme exacte­ment symétrique de l’affirmation.Dans toute action humaine il existe une part d’erreur, d’illusion ; peut-être cette part va-t-elle augmentant à mesure que l’action sort de la moyenne.Commençons par le premier point.Le débat sur la transformation de l’UE en une démocratie supranationale, auquel je participe, est une controverse du type de celle qui préoccupe les constitutionnalistes.Mais plus tôt que tard, les « utilities » devront se réinventer : montée en puissance des inquiétudes environnementales, exigences croissantes de sécurité, raréfaction des matières fossiles, réappropriation de la question énergétique par les territoires, changements de comportement de consommation, nouvelles technologies sont autant d’opportunités… et de menaces.S’il est vrai que notre vie intellectuelle repose tout entière sur sa pointe, c’est-à-dire sur les fonctions sensori-motrices par les­quelles elle s’insère dans la réalité présente, l’équilibre intellectuel sera diversement troublé selon que ces fonctions seront lésées d’une manière ou d’une autre.Probablement en vain.Il est vrai que, pour les philo­sophes anciens, le monde intelligible était situé en dehors et au-dessus de celui que nos sens et notre conscience aperçoivent : nos facultés de perception ne nous mon­traient que des ombres projetées dans le temps et l’espace par les Idées immuables et éternelles.Dans LES JEUX de l’homme adulte, on retrouve le même besoin d’un certain équilibre entre les chances : les joueurs désirent toujours, suivant l’expression populaire, se trouver au moins « manche à manche.