Les start-ups en Europe, nous y croyons !

Depuis 2007 et les grandes alliances Nyse-Euronext, Nasdaq-OMX, LSE-Borsa Italiana et Eurex-ISE, l’étape suivante se faisait donc attendre.Ce n’est pas en recomposant l’évolué avec lui-même qu’on reproduira l’évolution dont il est le terme.— Et l’on ne voit pas que cette double question revient toujours à celle-ci : le temps est-il de l’espace ?Et ceux qui veulent contribuer au bon fonctionnement de la coupe du monde de foot au Brésil pourraient être encore plus nombreux.La valeur devient donc plus attractive pour les investisseurs et elle doit – logiquement – monter.Mais elles seront désormais complétées par un document simple et formaté.Comment supprimer un site de la recherche Google ? , va devoir trancher.Quant à celui des obligations gouvernementales japonaises, il atteignait tout juste 0,87 % au 20 janvier.En effet, « seules » 25 banques ont échoué et la France compte 100 % de réussite… Mais peut-on vraiment en déduire que les banques européennes sont désormais suffisamment solides pour supporter toutes les crises ?Il y a toujours au fond du comique, disions-nous, la tendance à se laisser glisser le long d’une pente facile, qui est le plus souvent la pente de l’habitude.Ecervelée, cette façon de coller au fait divers et à la compassion du moment met immanquablement en retard sur les tendances et flux de la mouvante histoire.La Banque d’Angleterre a été, elle aussi, très agressive et pourrait baisser encore ses taux (actuellement à 2%) de façon radicale dans les prochains mois.