Qui sera le dindon de la farce des « Pigeons » ?

Ou plutôt, il n’est que le mot par lequel nous désignons l’effet supposé ultime de cette action, sentie comme continue, le terme hypothétique du mouvement qui déjà nous soulève.On pouvait s’y attendre, car le souvenir, — ainsi que nous essayons de le montrer dans le présent ouvrage, — représente précisément le point d’intersection entre l’esprit et la matière.C’est un événement qui rassemble le plus de porteurs projets, estime les nettoyeurs du net.Le simple bon sens nous dit que, lorsque nous parlons du présent, c’est à un certain intervalle de durée que nous pensons.Si je pense à un élastique qui s’allonge, à un ressort qui se tend ou se détend, j’oublie la richesse de coloris qui est caractéristique de la durée vécue pour ne plus voir que le mouvement simple par lequel la conscience passe d’une nuance à l’autre.Son rôle est de prévoir.Essentiel dans un pays où il s’agit d’intégrer des travailleurs qui cherchent à améliorer leurs revenus mais n’ont guère d’argent à investir.Il en serait ainsi, sans doute, si notre conscience actuelle, conscience qui reflète justement l’exacte adaptation de notre système nerveux à la situation présente, n’écartait toutes celles des images passées qui ne peu­vent se coordonner à la perception actuelle et former avec elle un ensemble utile.C’est d’ailleurs ce que la conscience constate sans peine toutes les fois qu’elle suit, pour ANALYSER la mémoire, le mouvement même de la mémoire qui travaille.Ce fait s’expliquerait peut-être physiologiquement, par l’action modératrice de l’écorce grise sur les centres nerveux secondaires et sur toute action réflexe.D’autre part, nous ne nous prononçons jamais avec autant de hardiesse sur l’intensité d’un état psychique que lorsque l’aspect subjectif du phénomène est seul à nous frapper, ou lorsque la cause extérieure à laquelle nous le rattachons comporte difficilement la mesure.