Un secteur financier toujours plus vulnérable

Dans le travail engagé pour offrir un nouveau pacte de croissance à la Bretagne, il serait donc illusoire de compter sur le rétablissement des aides européennes.« La main d’œuvre est en train de diminuer même si sa qualité peut s’améliorer, le taux d’investissement a atteint ses limites, même si sa composition doit changer.Ce qui a jeté quelques nuages sur ce point d’idéologie, c’est que quand nous avons le souvenir d’une sensation proprement dite, nous ne manquons jamais de reconnaître que ce n’est pas la sensation elle-même.La poupée dont il se servira n’a d’ailleurs pas besoin de ressembler à l’ennemi, puisque son rôle est uniquement de faire que l’acte se ressemble à lui-même.Il doit rendre ses conclusions le 13 décembre.Capitaliser sur l’expérience client  : les entreprises, en proposant aux consommateurs une expérience d’achat sans faille et en développant des programmes de fidélisation, peuvent alors créer une relation gagnant-gagnant avec leurs clients. Malgré tout, les pouvoirs locaux ne peuvent seuls répondre au problème : l’essentiel des outils, réglementations, ressources financières est géré nationalement, l’Etat est le garant du droit au logement, le poids économique du BTP nécessite une impulsion globale.Antonio Fiori met en cause un problème de gestion.Leur axiome est : Toute richesse vient du travail ; le travail, c’est la richesse.Aussi devons-nous tous agir rapidement pour que 2011 soit l’année de la conclusion des négociations commerciales.Dira-t-on que nous ne faisons que reculer le problème, que nous rejetons simplement dans l’inconscient l’opération par laquelle se dégagent les ressemblances et se constituent les genres ?Pourtant, il le faudra bien.

Publicités