Une politique de droite? Non, une politique adroite

Mais en dépit d’un tel optimisme, un accord global similaire à celui du protocole de Kyoto est peu probable Investir plutôt dans la recherche et le développement.Et l’on peut d’ores et déjà citer une option qui ne sera guère discutée ces jours-ci : celle qui consisterait à investir plus massivement, mais à un moindre coût, dans la recherche et le développement de nouvelles énergies renouvelables, au lieu de continuer à déverser des sommes astronomiques sur des solutions qui se sont avérées inefficaces.Jean-Thomas Trojani condamné aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci « Blâme ton ami en secret ; vante-le devant les autres ».Il n’y aurait pas de quoi rire.Il est notable que ces capacités interviennent dans toutes les dimensions du combat moderne : le renseignement de situation, la préparation de mission, l’identification des cibles, l’évaluation des dégâts collatéraux potentiels avant les frappes aériennes et des effets de ces dernières, la surveillance de sites sensibles.On sait trop que l’échange culturel se résume souvent à une « aspiration » (dans les deux sens du mot : pompage par l’un, envie pour l’autre), ou à une absorption culturelle.Pourtant la réforme institutionnelle adoptée aura des répercussions directes sur les politiques de soutien à l’innovation alors même qu’elle demeure le levier principal des créations d’emplois.Le développement du crédit dans le secteur privé est redevenu la grande affaire, dans la logique de la politique de l’offre.Il pose donc une règle de méthode ; il n’énonce pas un fait.J’accorde qu’une modification accidentelle du germe se transmettra héréditairement et pourra attendre, en quelque sorte, que de nouvelles modifications accidentelles viennent la compliquer.Commençons par la déduction.Parler d’un but est penser à un modèle préexistant qui n’a plus qu’à se réaliser.

Publicités